cette page est une version archivée d'une page inaccessible sur tunes.org

<!doctype html public "-//W3C//DTD HTML 4.0 Transitional//EN"
       "http://www.w3.org/TR/REC-html40/loose.dtd">
<html>
<head>
<meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=iso-8859-1">
<title>Le Libre Logiciel</title>
</head>
<body>
<h1 align=center>Le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b></h1>
<blockquote><font size=2><cite>
Avec le Protectionnisme Informationnel,
on "gagne" de l'argent démérité restreignant le flot d'information.
Avec la <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> Information on se doit de mériter l'argent que l'on gagne,
en contribuant au flot d'information.
 
</cite></font></blockquote>
 
<div align=right><i>-- par
	<a href="http://fare.tunes.org/">François-René Rideau</a></i></div>
 
<h2>Sommaire</h2>
<ul>
<li><a href="#Quoi">Qu'est-ce que le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b>&nbsp;?</a>
<li><a href="#Pourquoi">Pourquoi il faut choisir le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b></a>
 
<li><a href="#Objections">Objections Fréquemment Opposées</a>
<li><a href="#Comment">Axes possibles pour une action politique
		en faveur du <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b></a>
<li><a href="#Ou">Autres ressources en-ligne sur le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b></a>
</ul>
 
<font size=1><em>
Note&nbsp;: si cette page vous plaît, vous pouvez y contribuer vos ajouts,
vos corrections, voire vos traductions en d'autres langues...
et même m'envoyer un pourboire
 
<!-- pourboire -->
en <a href="https://www.e-gold.com/newacct/newaccount.asp?cid=104835"
>e-gold</a>.
</em></font>
 
<div align=justify>
<p><hr><p>
<a name="Quoi"></a>
<h2>Qu'est-ce que le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b>&nbsp;?</h2>
<p>
Le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> ("Free Software" en anglais) est
le mouvement pour le développement et la diffusion de logiciels libres,
c'est à dire librement et intégralement disponibles,
avec leur sources et le droit de les
	utiliser, copier modifier et redistribuer&nbsp;;
il s'oppose en cela la propriété intellectuelle en informatique,
	qui prône le développement de logiciels exclusifs
	("proprietary software" en anglais,
	aussi parfois appelé <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> propriétaire en français),
qui ne sont disponibles que dans une version immédiatement
exécutable dans un environnement restreint, sans possibilité
d'inspecter ou de modifier les sources, ni de redistribuer quoi que ce soit.
 
<p>
Les sources sont l'essence des logiciels&nbsp;:
plus que les plans du <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>, ils sont le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> même.
Un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> distribué sous forme d'exécutable sans les sources
n'en est qu'un extrait très partiel, d'usage limité dans le temps et l'espace.
<p>
Le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> impose tout de même des contraintes sur les modifications,
qui relèvent du respect des utilisateurs autant que des auteurs&nbsp;:
les auteurs originaux doivent être bien identifiés,
ainsi que le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> original&nbsp;;
l'auteur des modifications et la nature des modifications doivent être
également identifiés&nbsp;;
les auteurs originaux et le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> original ne sauraient
être cités ou au contraire délaissés contre leur gré
au cours de promotion d'un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>&nbsp;;
l'amalgame de leur image avec celle d'un produit différent doit être puni.
 
<p>
Finalement, un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> ne vient avec aucune garantie&nbsp;;
une garantie est un service du même ordre que l'assurance,
qui nécessite de même la souscription d'un contrat auprès d'un spécialiste.
Le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> assure cependant que ce service,
ainsi que tout service concernant les logiciels,
sera disponible au sein d'un <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> Marché.
<p>
 
Notez la distinction entre
la notion de <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> ("XEmacs est un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b>")
de celle de <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> ("la FSF défend le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b>").
Non pas que le distingo soit indispensable dans la communication courante,
vu qu'il est en général évident selon le contexte,
mais qu'il permet de catégoriser le mouvement général et ses revendications,
par-delà le cas particulier de chaque <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>.
Si la loi imposait des restrictions telles
qu'il n'y ait légalement aucun <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b>,
le combat pour le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> continuerait plus que jamais.
 
<p>
Quant au nom "<b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b>" lui-même,
il rappelle d'autres mouvement pour la liberté individuelle,
sous d'autre formes&nbsp;: "<b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> Échange",
"<b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> Expression", "<b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> Circulation (des biens et des personnes)",
"<b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> Marché", "<b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> Association", "<b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> Concurrence", "<b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> Pensée",
"<b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> Entreprise".
"<b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b>" traduit "Free Software"
comme "<b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> Échange" traduit "Free Trade", et ainsi de suite.
Si de nombreuses personnes utilisent cette terminologie,
elles feront peut-être passer ce message fort.
 
 
<p><hr><p>
<a name="Pourquoi"></a>
<h2>Pourquoi il faut choisir le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b></h2>
<p>
Voici quelques raisons de choisir le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b>,
toutes redondantes car découlant du même principe de liberté&nbsp;:
le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> met fin au monopole du fournisseur
sur la modification d'un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>,
y compris la correction de ses bogues
et l'intégration d'innovations technologiques.
Tous les points positifs du <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> proviennent
de ce qu'à un monopole (et aux inconvénients et aux abus associés)
fait place un <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> Marché.
 
<p>
<ul>
<li>Pour l'utilisateur de <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>,
	le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> est l'assurance
	qu'il ne sera jamais soumis aux caprices
	ou aux aléas de santé des fournisseurs&nbsp;:
	la disponibilité des sources,
	et la licence de les modifier,
	assure qu'il pourra toujours
	en sous-traiter l'adaptation par des tiers.
<li>Pour l'utilisateur de <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>,
	le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> est gage de <b style="color:black;background-color:#ff9999">qualité</b>&nbsp;:
	du fait de la visibilité des sources,
	tous les bogues et trous de sécurité deviennent apparents,
	et donc corrigibles&nbsp;;
	le fournisseur ne peut plus tricher par paresse ou malveillance.
	Rapporter l'existence de bogues devient facile et rentable,
	au profit de tous les utilisateurs&nbsp;;
	alors que le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif rend cet acte
	coûteux ou sans espoir de résultat.
 
<li>Pour l'utilisateur de <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>,
	le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> est garantie de flexibilité&nbsp;:
	les sources modifiables permettent d'adapter
	le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> très exactement aux besoins de l'utilisateur,
	plutôt que de requérir que l'utilisateur s'adapte aux
	déficiences du <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>.
<li>Pour l'utilisateur de <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>,
	le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> est gage de pérennité
	des programmes et des données&nbsp;:
	alors que les architectures matérielles
	évoluent à une vitesse fulgurante,
	seule la disponibilité des sources
	permet d'adapter les logiciels à cette évolution,
	et d'éviter que les logiciels achetés à prix d'or
	s'avèrent complètement inutilisables quelques années plus tard.
 
<li>Pour l'utilisateur de <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>, le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> assure
	une documentation et une assistance technique de <b style="color:black;background-color:#ff9999">qualité</b>
	à prix raisonnable,
	de par l'existence d'un <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> marché plutôt que d'un monopole.
	Par comparaison, les fournisseurs de logiciels exclusifs,
	quand ils ont une petite audience, ne peuvent supporter la charge
	d'une assistance technique adaptée à tous les utilisateurs&nbsp;;
	et quand ils ont un succès de masse, sont submergés par les
	sollicitations de débutants ou d'incompétents,
	et n'ont plus d'incitation de satisfaire les problèmes véritables,
	qui n'intéressent plus qu'une minuscule fraction de leur clientèle.
<li>Pour l'utilisateur de <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>, le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> assure
	qu'il aura à sa disponibilité pour régler ses problèmes logiciels
	des partenaires responsables, donc sérieux et compétents,
	tandis que le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif,
	quand il est développé dans des grandes structures,
	déresponsabilise les informaticiens,
	et quand il est développé dans des petites structures,
	ne permet pas aux informaticiens d'être pleinement disponibles
	pour toutes les tâches nécessaires à l'ensemble des clients.
 
<li>Pour l'utilisateur de <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>,
	le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> est gage de pérennité du support technique&nbsp;:
	plutôt que d'être soumis aux choix stratégiques aussi bien
	qu'aux aléas de santé de l'éditeur ayant monopole sur le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>,
	l'utilisateur est assuré par
	la <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> disponibilité des sources qu'il pourra indéfiniment trouver
	quelqu'un pour fournir du service.
<small>
	Dans le régime de <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif,
	l'utilisateur est obligé de suivre
	l'évolution de la politique commerciale de l'éditeur&nbsp;;
	ceci se passe à marche forcée ou au ralenti,
	selon le bon vouloir de l'éditeur,
	jusqu'à ce que celui-ci, ce qui arrive inéluctablement,
	abandonne finalement son produit,
	auquel cas l'utilisateur se retrouve sur le cul
	(pardonnez-moi l'expression).
	Souvent, après quelques années,
	les personnels compétents sur le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> utilisé
	quittent l'éditeur, qui détient cependant toujours le monopole
	sur l'accès au sources, et donc sur le service après-vente.
	Même quand l'éditeur maintient son projet <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>,
	celui-ci peut évoluer considérablement,
	en désaccord avec les besoins de nombreux clients&nbsp;;
	ceux-là se retrouvent alors avec une installation qui
	ne leur convient plus (parce que leurs besoins ont évolués,
	et qu'ils se sont heurtés aux limites du <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>),
	mais qu'ils ne peuvent pas adapter&nbsp;;
	une "mise à jour" logicielle auprès de l'éditeur leur
	fournirait un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> complètement incompatible,
	qui demanderait de plus un investissement matériel
	et humain considérable&nbsp;;
	et si de tels efforts corrigeraient (peut-être)
	les quelques défauts dont le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> souffrait,
	ils en introduiront (sûrement) bien d'autres,
	sans apporter exactement les nouvelles fonctionnalités souhaitées.
 
</small>
<p>
<li>Pour tous,
	le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> ouvre la possibilité
	d'un <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> marché des services informatiques,
	au lieu d'autant de monopoles qu'il y a de logiciels.
	Les utilisateurs peuvent donc se trouver des fournisseurs
	de services au juste prix,
	tandis que les programmeurs trouveront toujours à qui
	offrir leurs services, sans être obligé de se prostituer
	auprès de corporations qui accaparent des "droits d'exploitation".
<li>Pour tous, le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> ouvre la possibilité
	d'un <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> marché du matériel informatique,
	sans contraintes monopolistiques de compatibilité
	avec des "standards exclusifs" (un oxymore s'il en est).
	Les utilisateurs bénéficieront du meilleur de la technologie
	sans avoir à se soucier de compatibilité matérielle
	des unités de traitement de l'information.
	Les innovateurs technologiques pourront faire valoir leurs compétences
	sans voir leurs efforts rendus vains par le poids de monopoles établis.
 
<li>Pour tous, le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> permet d'intégrer librement des
	aspects logiciels expérimentaux et des aspects éprouvés,
	sans décourager les tentatives encore incertaines au début
	par des barrières légales, financières ou techniques,
	favorisant ainsi l'apparition et la dissémination rapide
	des progrès techniques.
<li>Pour tous, le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> permet de se libérer
	des contraintes coûteuses, qui s'accumulent,
	de compatibilité de bas niveau avec des systèmes antédiluviens&nbsp;:
	la possibilité de modifier et de recompiler les sources
	permet de réparer les erreurs, plutôt que de les contourner.
	La compatibilité est plus que jamais possible grâce au <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b>,
	et à court terme, elle fait merveille&nbsp;;
	mais alors qu'elle est utile à court terme,
	elle est un fardeau à long terme
	dont le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> permet de se passer.
 
<p>
<li>Pour le programmeur, le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b>,
	est gage qu'il pourra directement exprimer ses compétences
	sur la base logicielle librement existante,
	plutôt que d'être réduit à payer extrêmement cher
	(à coups de millions, ou en abandonnant sa liberté aux ayants-droit)
	le droit de s'exprimer sur des logiciels exclusifs,
	ou d'avoir à réécrire des systèmes équivalents en entier depuis zéro.
<li>Pour le programmeur, le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b>
	est gage de ce que son autorat sera reconnu,
	alors que les éditeurs de logiciels exclusifs
	lui volent son &oelig;uvre et son nom.
<li>Pour le programmeur, le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b>,
	s'il est universel, est gage qu'il ne sera pas désavantagé
	par une concurrence biaisée en faveur de gros éditeurs&nbsp;;
	il pourra donc épanouir librement ses compétences
	au lieu que d'avoir le choix entre se soumettre ou être écrasé.
 
<li>Pour le programmeur, le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> est garantie qu'il pourra
	travailler en collaboration avec des administrateurs compétents
	et à son écoute, plutôt que d'être attaché à un administrateur
	incompétent et méprisant par les chaînes l'empêchant d'exercer
	ses compétences en dehors de la structure détentrice de droits.
<li>Pour le programmeur, le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> assure
	qu'il n'aura pas besoin pour créer un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> à succès
	d'assurer lui-même la totalité de l'assistance technique
	relative à son <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>.
	Le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> favorise donc l'innovation technologique
	en réduisant considérablement les immobilisations de capitaux
	nécessaires pour initier puis répandre cette innovation.
 
<p>
<li>Pour l'administrateur, le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> est la garantie qu'il
	pourra travailler en collaboration avec des programmeurs compétents
	et à son écoute, plutôt que d'être attaché à des programmeurs
	par la barrière d'entrée du coût de leur formation
	à des logiciels exclusifs et douteux, et la barrière de sortie
	de la peur qu'il ne divulgue les "secrets" liés à cette appropriation.
<li>Pour l'administrateur, le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> est la garantie qu'il
	ne paiera que les services informatiques dont il aura besoin,
	sans avoir à se soumettre à des droits d'entrée.
<li>Pour l'administrateur, le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> est la garantie qu'il
	pourra payer les services informatiques à leur juste valeur
	sur un <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> marché, car les informaticiens, pouvant librement
	voir ce qu'ils font les uns les autres, seront à même de faire
	marcher la concurrence, et de donner des évaluations techniquement
	objectives du travail des uns et des autres,
	plutôt que des seules études intéressées.
 
<p>
<li>Pour le fabricant de matériel informatique,
	le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> est la garantie qu'il pourra toujours faire
	interopérer son matériel avec les logiciels existants,
	sans avoir à se conformer aux standards logiciels
	coûteux, encombrants, inutiles, mal conçus et obsolètes
	qui sont le lot commun de l'industrie du <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif.
<li>Pour l'utilisateur de matériel informatique,
	le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> est la garantie que la compatibilité
	des applications pouvant se faire au niveau <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>,
	il ne sera plus soumis aux diktats de la compatibilité matérielle,
	qui l'oblige actuellement à acheter des matériels coûteux
	dont la conception obsolète est vieille de plusieurs décennies.
 
</ul>
 
L'un dans l'autre,
aussi bien les consommateurs que les producteurs <em>effectifs</em>
	de services logiciels
sont gagnants avec le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b>.
Ceux qui ne sont pas gagnant sont les intermédiaires monopolistes
que constituent les éditeurs logiciels,
qui se nourrissent actuellement des forces vives mêmes
de l'industrie du service <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>,
en prétendant fallacieusement être nécessaire à sa survie.
<p>
 
 
<p><hr><p>
 
<a name="Objections"></a>
<h2>Objections Fréquemment Opposées</h2>
 
<p>Mythes&nbsp;:
<ul>
<li><a href="#mythe1">«Un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> gratuit vaut forcément moins
		qu'un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> payé très cher»</a>
<li><a href="#mythe2">«Les logiciels libres sont les logiciels gratuits»</a>
 
<li><a href="#mythe3">«Les logiciels libres reviennent plus cher
	que les logiciels exclusifs»</a>
<li><a href="#mythe4">«La disponibilité des sources ne me sert à rien,
	puisque je ne sais pas programmer»</a>
<li><a href="#mythe5">«Le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b>, c'est bien gentil,
	mais ça ne mène pas loin»</a>
<li><a href="#mythe6">«Un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> offre
		une moins bonne assistance technique»</a>
 
<li><a href="#mythe7">«Les logiciels exclusifs sont bons
	parce qu'ils offrent un interlocuteur unique»</a>
<li><a href="#mythe8">«Si mon entreprise publie les logiciels qu'elle utilise,
	la concurrence va en profiter»</a>
<li><a href="#mythe9">«Si mon entreprise a à la fois
	une activité de développement <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> et
	une activité d'utilisation du dit <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>,
	n'a-t-elle pas intérêt à garder
	l'exclusivité de ses résultats&nbsp;</a>
<li><a href="#mythe10">«Si je vends à perte un matériel
	pour pouvoir vendre du service autour,
	n'ai-je pas intérêt à garder exclusif
	le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> associé&nbsp;</a>
 
<li><a href="#mythe11">«Le marché a décidé
	en faveur du <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif»</a>
<li><a href="#mythe12">«Mais le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> ne va-t-il pas
	laisser les programmeurs sans ressources&nbsp;</a>
<li><a href="#mythe13">«Les programmeurs sont déjà libres
	de développer ce qui leur plaît»</a>
<li><a href="#mythe14">«Les plug-ins permettent déjà
	le développement par des tiers
	à partir de logiciels exclusifs»</a>
 
<li><a href="#mythe15">«Utilisez des logiciels libres si vous voulez,
	mais n'empêchez pas les autres de rendre leurs logiciels exclusifs»</a>
<li><a href="#mythe16">«La propriété intellectuelle incite à la création»</a>
</ul>
<dl>
<a name="mythe1"></a>
<dt>Mythe&nbsp;: <b>«Un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> gratuit vaut forcément moins qu'un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>
		payé très cher»</b>
 
<dd>
	C'est un raisonnement fallacieux&nbsp;:
	la valeur n'est pas le coût.
	Un trésor trouvé chez soi est un trésor,
	même si l'effort de le déterrer est bien moindre
	que celui qu'il aurait fallu fournir pour l'amasser.
	Un tas d'ordures, payées un million, serait toujours un tas d'ordures.
<p>
	La civilisation est l'exemple d'un tel trésor
	dont nous jouissons tous sans à avoir à payer chacun
	le prix de la reconstruire à partir de rien.
	Les bulles financières aussi bien que diverses escroqueries
	nous fournissent autant d'exemples
	de choses dépourvues de valeur et néanmoins payées fort cher.
<p>
	Une méthode pour avoir une bonne évaluation
	de la valeur d'un bien ou d'un service
	est de laisser faire le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> marché,
	dans lequel un grand nombre de fournisseurs
	et un grand nombre de clients sont libres d'échanger.
	Or, dans le cas des licences de logiciels exclusifs,
	un seul fournisseur a le droit de se présenter,
	et le prix en est donc artificiellement gonflé
	-- il n'y a pas de <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> marché,
	donc pas d'information dans les prix.
	Dans le cas de la fourniture de logiciels libres,
	tout le monde peut concourrir, et le prix ridiculement bas
	auquel on peut se fournir en logiciels libres
	est réellement le reflet de ce à quoi le marché évalue
	la fourniture d'un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> brut: à peu près rien.
 
<p>
	Si vous trouvez que les licences des logiciels libres
	ne sont pas assez cher payées,
	je suis prêt à vous vendre à prix d'or
	des licences des mêmes logiciels.
	Or, la valeur n'est pas dans les licences mais dans les services&nbsp;;
	les licences ne sont que des barrières protectionnistes
	pour monopoliser, entraver ou anéantir le marché des services&nbsp;;
	sans licences, un <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> marché s'ouvre
	qui valorise les services autour des logiciels.
<p>
<a name="mythe2"></a>
<dt>Mythe&nbsp;: <b>«Les logiciels libres sont les logiciels gratuits»</b>
<dd>
	La gratuité d'accès aux logiciels libres est secondaire
	pour les défenseurs du <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b>&nbsp;:
	elle n'a jamais été et ne sera jamais une revendication de principe.
	La revendication première est la Liberté
	de copier, d'utiliser, de modifier et de redistribuer les logiciels.
	Ainsi, il peut y avoir des logiciels libres
	qui ne sont pas gratuits d'accès,
	et des logiciels exclusifs qui sont gratuits d'accès.
 
<p>
	La gratuité n'est qu'un effet secondaire bénéfique de la liberté,
	la <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> concurrence entre distributeurs potentiels
	réduisant le prix d'accès à sa valeur marginale,
	c'est à dire presque zéro,
	étant donné l'essor des techniques numériques modernes.
	Et encore, cette gratuité d'accès n'est vraie
	qu'en première approximation,
	en comparaison au prix exorbitant des licences
	de certains logiciels exclusifs,
	puisqu'il faudra bien payer, pour une somme certes dérisoire,
	l'accès effectif au <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>,
	par l'usage de moyens de télécommunications
	ou l'achat d'un support numérique solide (CD-ROM, etc).
	Notez bien que j'ai parlé d'accès et non pas de licence,
	car le terme de licence présuppose la logique du <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif,
	selon lequel un ayant droit s'arroge le contrôle du <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>.
<p>
	Réciproquement, la simple gratuité d'un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> ne suffit
	absolument pas à offrir et garantir les libertés revendiquées
	par les tenants du <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b>.
	Tous les logiciels gratuits ou "freeware" ne sont pas libres
	("free software")&nbsp;; certains sont utilisés expressément pour
	attirer le public dans les rêts d'un éditeur de <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>
 
	qui ensuite pourra user de son monopole pour imposer
	ses autres logiciels, ses services, etc.
	Même avec la gratuité et l'accès au source,
	un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> qui interdit les libres copie, usage,
	modification et redistribution
	implique une restriction de liberté
	qui peut induire un grand coût à long-terme,
	en soumettant l'utilisateur au monopole de l'éditeur
	pour tout service concernant le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>.
<p>
	En fait, la gratuité du droit d'accès au <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>
	n'est qu'un cas particulier de la vérité des prix
	dans un <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> marché des services informatiques&nbsp;;
	le coût marginal d'accès à un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> étant quasi-nul,
	son prix d'accès sera lui aussi quasi-nul&nbsp;;
	mais de même, tous les prix de tous les services concernant
	des logiciels libres seront "vrais", et maintenus au plus bas,
	grâce au <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> marché, alors qu'avec les logiciels exclusifs,
	l'absence de <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> marché soumet le public au bon vouloir
	des éditeurs, sur le prix d'accès comme sur les services proposés.
 
 
<p>
<a name="mythe3"></a>
<dt>Mythe&nbsp;: <b>«Les logiciels libres reviennent plus cher
	que les logiciels exclusifs»</b>
<dd>
	D'aucuns prétendent que la gratuité des licences n'est rien,
	et que si on considère le coût total d'utilisation de logiciels libres,
	cela revient plus cher que pour des logiciels exclusifs.
	Or, une telle affirmation est doublement fausse,
	et montre aussi bien une incompréhension des enjeux
	qu'un mauvais calcul.
<p>
	Tout d'abord, ainsi que nous l'avons dit à propos du mythe précédent,
	la gratuité des licences n'est pas une revendication première,
	mais un effet secondaire nécessaire
	de la liberté de copier et de redistribuer&nbsp;;
	en insistant sur cette gratuité,
	les propagateurs de ce mythe trompent donc le public
	sur la nature des revendications du <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b>.
	Ensuite, il est tout simplement faux que l'utilisation
	de logiciels exclusifs revient moins cher.
	En effet, l'utilisation d'un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif,
	en soumettant l'utilisateur au monopole de l'éditeur du <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>,
	lui fera payer un surcoût sur tous les services associés à ce <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>,
	sans compter les services qu'il refusera de fournir.
 
<p>
	Bien plus grave est le problème de suivi de l'évolution d'un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>,
	et tout particulièrement de sa fin de vie.
	Avec un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif,
	chaque version achetée a une durée de vie finie,
	au-delà de laquelle plus aucun support technique ne sera disponible,
	plus aucun suivi de compatibilité
		avec les nouveaux environnements informatiques, etc.
	Le coût d'adoption d'un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif inclus donc
	nécessairement le coût de son abandon ultérieur,
	et de la refonte du système d'information de l'entreprise.
	Au contraire, un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> est pérenne,
	et peut être maintenu ad vitam aeternam,
	ou être migré vers une autre plateforme
	par petits morceaux qui siéront très exactement
	aux besoins des utilisateurs.
	De plus, les nouvelles versions du <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> accapareront
	les ressources des uniques développeurs légalement capables de fournir
	le service de support technique, au détriment des utilisateurs,
	alors qu'un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> permettra aux utilisateurs de commanditer
	à toute personne compétente les modifications de leur choix.
	Enfin, la direction dans laquelle évoluent les nouvelles versions
	d'un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif est à la fois indépendante des préférences
	objectives des utilisateurs, et risquée du fait du choix unique
	fait par l'éditeur exclusif, alors que les logiciels libres
	évoluent au gré des utilisateurs, et que la concurrence entre les
	choix faits par des utilisateurs différents assure de meilleures
	chances de survie de la lignée du <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>,
	face aux erreurs stratégiques des décideurs.
 
<p>
	Bref, à moyen ou long terme, les logiciels libres se révèlent
	infiniment meilleurs, moins chers et moins risqués
	quant à leur coût total d'utilisation. Quant au très court terme,
	la gratuité de leur license les rend imbattables.
	Il n'y a que sur une courte période d'adaptation initiale
	qu'un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif peut paraître meilleur,
	et ce d'autant plus qu'il aura insisté sur une interface jolie
	qui attire l'attention. Mais cet avantage est un leurre.
 
<p>
<a name="mythe4"></a>
<dt>Mythe&nbsp;: <b>«La disponibilité des sources ne me sert à rien,
	puisque je ne sais pas programmer»</b>
<dd>
	C'est une erreur induite par l'aveuglement d'une courte vue.
	Avec le même argument, des automobilistes n'étant pas mécaniciens
	ne trouveraient rien à redire de n'avoir pas le droit de regarder
	sous le capot de leur voiture, et de devoir s'adresser au
	seul constructeur pour tout problème,
	à l'exclusion de tout garage indépendant.
	<p>
	Or, même si une personne
	n'utilisera jamais directement les sources,
	s'ils sont disponibles et que besoin (ou simple utilité)
	s'en fait sentir,
	la liberté de les modifier veut dire
	qu'elle pourra toujours sous-traiter leur manipulation par des tiers.
	Au contraire, si les sources ne sont pas disponibles,
	elle sera à la merci du bon vouloir du fournisseur exclusif,
	pour tout réglage, correction ou modification au <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>
 
	qui lui seraient nécessaires.
	<p>
	Je ne connais pas un seul utilisateur de <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> commercial
	acheté les yeux de la tête
	qui ne soit pas constamment arrêté
	par les limitations inévitables de tout <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>,
	démultipliées par l'incurie d'éditeurs satisfaits de leur monopole.
	Leur seule échappatoire dans un régime de protection
	est de disposer d'assez d'argent
	pour acheter ledit fournisseur s'il est assez faible,
	pour s'y associer s'il est intéressé,
	pour l'influencer du moins,
	ou à défaut, pour recommencer à partir de rien
	un nouveau <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> équivalent et concurrent.
	<p>
	La liberté des uns bénéficie donc médiatement aux autres
	qui ne savent pas en user directement,
	tandis que la protection lèse
	non seulement les concurrents réels et potentiels,
	mais aussi tous les clients et fournisseurs potentiels ou réels&nbsp;;
	elle asservit les petits et les honnêtes
	aux gros malhonnêtes qui disposent du capital nécessaire
	pour circonvenir la protection et se l'approprier.
	<p>
 
	Et même pour d'éventuelles personnes
	qui ne seraient affectées que très peu et très indirectement
	par l'atteinte aux libertés que constituent les logiciels exclusifs,
	accepter sans sourciller
	que l'on prive les autres de leurs libertés essentielles
	n'est que le premier pas dans la spirale infernale
	de la compromission généralisée par laquelle
	chacun se fait le complice de l'oppression de chaque autre.
	Toute atteinte à la liberté de quiconque
	est une atteinte à la liberté de tous.
 
<p>
<a name="mythe5"></a>
<dt>Mythe&nbsp;: <b>«Le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b>, c'est bien gentil,
	mais ça ne mène pas loin»</b>
<dd>
	Tout au contraire, les progrès <em>à long terme</em>
 
	ne sont obtenus que par du <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b>,
	et les logiciels ne laissent de trace durable
	que dans la mesure où ils sont libres.
	<p>
	On ne compte plus les logiciels exclusifs, qui,
	malgré leur supériorité technique indubitable (à un moment donné),
	ont dû céder la place face à des systèmes inférieurs,
	mais (plus) libres&nbsp;:
	ainsi les systèmes fondés sur des langages de bas niveau à la C
	ont-ils relégués en deuxième zone les systèmes fondés sur des
	langages de haut niveau à la LISP&nbsp;;
	ainsi les interfaces graphiques exclusives
	Suntools ou NeWS de Sun, ou NeXTStep de NeXT
	ont-elles disparu face à l'interface graphique <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> X du MIT&nbsp;;
	ainsi quasiment toutes les architectures matérielles ont-elles été
	supplantées par celle des PC&nbsp;;
	ainsi toutes les solutions réseau, courrier électronique,
	et hypermédia ont-elles laissé place à celles définies par l'Internet.
	<p>
 
	Localement, ce phénomène s'explique
	parce que malgré leurs avantages techniques initiaux possibles,
	les logiciels exclusifs,
	en excluant toute modification venant de tiers,
	ont par le même coup exclus le progrès qui va avec,
	ont exclus la capacité du <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> de s'adapter sur mesure
		aux besoins des utilisateurs,
	tout en prélevant des droits d'entrée injustifiés
		à l'utilisation de ces logiciels
		qui excluent ceux qui n'ont pas
			les moyens financiers de participer.
	<p>
	Globalement, on peut démontrer formellement
	l'inéluctabilité de la pérennité des seuls logiciels libres,
	du fait même que les logiciels exclusifs vivent et meurent,
	et que les logiciels libres forment la base
	à partir de laquelle les nouveaux logiciels renaissent.
	Tout progrès obtenu dans l'exclusivité d'un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif
	n'est donc qu'éphémère&nbsp;;
	un progrès <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> partagé par tous de manière permanente
	est par définition même un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b>&nbsp;!
	<p>
 
	Voire une illustration de cette vérité par Mark Pilgrim:
	<a href="http://diveintomark.org/archives/2004/05/14/freedom-0"
	>Freedom-0</a>.
 
<p>
<a name="mythe6"></a>
<dt>Mythe&nbsp;: <b>«Un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> offre
		une moins bonne assistance technique»</b>
<dd>
	Tout au contraire&nbsp;!
	Du fait que le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> est <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b>,
	tout un chacun peut l'utiliser et assurer l'assistance technique,
	et non pas seulement une compagnie à monopole&nbsp;;
	il y a donc un <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> marché
	qui réduit les coûts et améliore la <b style="color:black;background-color:#ff9999">qualité</b>
 
	de l'assistance technique.
	De plus, le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> étant librement diffusé
	parmi un public d'où nul n'est exclus,
	les erreurs seront trouvées plus vite et mieux&nbsp;;
	les personnes techniquement compétentes et/ou concernées
	étant attirées et pouvant exercer leurs compétences
	ne manqueront pas de le faire,
	ce qui contribuera aussi positivement à l'assistance technique.
	<p>
	Et si tous ces arguments ne suffisent pas,
	la communauté des utilisateurs de Linux a été élue
	meilleure assistance technique des années consécutives 1997 et 1998
	par InfoWorld&nbsp;! Depuis, tous les grands noms de l'industrie
	sauf l'ancien monopole se sont ralliés aux logiciels libres,
	franchement pour les uns, à reculons pour les autres.
 
<p>
<a name="mythe7"></a>
<dt>Mythe&nbsp;: <b>«Les logiciels exclusifs sont bons parce qu'ils offrent
	un interlocuteur unique»</b>
<dd>
 
	Tout au contraire&nbsp;!
	Les logiciels exclusifs proposent un <em>unique interlocuteur</em>
	sur <em>chacun</em> des dizaines, centaines ou milliers de composants
	d'un système complet,
	ce qui le plus grand problème pour avoir un <em>interlocuteur unique</em>
	réellement capable d'agir sur l'<em>ensemble</em> du système
	pour l'adapter aux besoins du client.
 
<p>
	La chose importante pour les utilisateurs d'un système informatique
	n'est absolument pas qu'il y ait un interlocuteur unique
	pour tous les utilisateurs de la planète
	et différent pour chaque composant <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>.
	C'est tout au contraire de pouvoir trouver un interlocuteur unique
	pour l'ensemble de tous les composants logiciels utilisés,
	et qui peut être différent pour chaque utilisateur de la planète.
	C'est cette seconde sorte d'unicité, qui,
	à condition de pouvoir trouver un interlocuteur fiable,
	offre aux utilisateurs la tranquilité d'esprit
	qui leur permet de déléguer vraiment leurs soucis informatiques
	et de se concentrer sur leur coeur de métier.
	Or, non seulement les logiciels exclusifs n'offrent absolument pas
	cette tranquilité d'esprit quant à l'existence
	et au choix facile d'un interlocuteur fiable,
	mais au contraire, elle est la source de tous les problèmes
	liés à l'absence d'un tel interlocuteur,
	lors même que le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> permet l'émergence sûre
	de tels interlocuteurs par un <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> marché des services.
<p>
	L'exclusivité juridique force l'utilisateur
	à se plier aux conditions du fournisseur unique de chaque composant,
	dont il ne peut pas discuter les prix ni les services,
	à moins de refondre complètement son système d'information.
	Dans un régime d'exclusivité, l'utilisateur n'a quasiment aucun levier
	pour s'assurer la fiabilité à long terme du service sur son système;
	il n'a que le choix du marché sur lequel il sera captif.
	En effet, à partir du moment où il tire ses revenus de licences,
	le fournisseur n'a qu'un intérêt économique limité à étendre
	la <b style="color:black;background-color:#ff9999">qualité</b> de ses services, ayant plutôt intérêt à développer
	des moyens de vendre davantage de licences,
	par la course aux fonctionnalités secondaires,
	par la mise-à-jour forcée, par la vente liée, etc.
	Le jour où l'intérêt réel ou perçu
	du fournisseur unique n'est plus du tout dans le service,
	le jour où ce fournisseur unique change ses orientations stratégiques,
	a des problèmes financiers, etc.,
	tous les clients n'ont aucun recours.
	En conclusion, avec l'interlocuteur exclusif,
	le choix de l'interlocuteur est facile,
	mais le fait que l'interlocuteur soit <em>fiable</em>
 
	non seulement n'est pas garanti,
	mais est quasi garanti d'être faux, sur le long-terme.
<p>
	Au contraire, le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> offre une solution simple et éprouvée
	pour trouver et identifier un interlocuteur fiable: un <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> marché.
	Comme pour les logiciels exclusifs,
	il y a toujours un interlocuteur facile à trouver,
	selon l'un quelconque parmi de nombreux critères:
	l'auteur original, le fournisseur le plus coté,
	le fournisseur le moins cher, le fournisseur le plus cher,
	le fournisseur le plus près,
	celui recommandé par tel ou tel journal ou association, etc.
	Et comme pour les logiciels exclusifs,
	il est possible qu'un fournisseur donné, y compris l'auteur originel,
	ne soit pas fiable sur le long terme.
	Mais contrairement aux logiciels exclusifs,
	la liberté des services ouvre la voie à ce que
	de nombreuses entreprises concourrent à offrir
	le meilleur service possible autour du <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> original
	et de ses évolutions successives.
	Ceux qui n'ont pas le temps de réfléchir pourront toujours
	s'adresser au "leader" du marché
	(qui sera sans doute originellement l'auteur),
	avec la différence que ce leader ne tiendra pas sa place
	par la grâce d'un monopole légal,
	mais par une lutte permanente avec la concurrence,
	arbitrée par tous ceux qui ont effectivement le temps de réfléchir.
<p>
 
	L'unicité de l'interlocuteur est donc
	l'un des plus grands <em>problèmes</em> liés au logiciels exclusifs
	et résolu par le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b>&nbsp;!
 
<p>
<a name="mythe8"></a>
<dt>Mythe&nbsp;: <b>«Si mon entreprise publie les logiciels qu'elle utilise,
		la concurrence va en profiter»</b>
<dd>
	Si votre avantage sur la concurrence se résume au seul
	fait que tel <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> que vous utilisez est meilleur,
	c'est un bien triste avantage, bien incertain.
	L'avantage d'une entreprise sur sa concurrence réside
	dans sa richesse humaine et ses compétences,
	non pas dans les zéros et les uns d'une machine.
	La compétitivité d'une entreprise dépend
	de la faculté d'adaptation au marché,
	de la volonté de faire mieux,
	de l'effort de compréhension vis à vis du domaine d'action,
	de la <b style="color:black;background-color:#ff9999">qualité</b> des rapports avec les partenaires.
	Le vrai capital d'une entreprise, ce sont ses hommes,
	et non pas ses logiciels.
 
<p>
	Le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> ne représente qu'un outil,
	et son impact en terme de coûts et de productivité
	est sensiblement le même pour toutes les entreprises sur le créneau.
	En publiant le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>, on permet de réduire ces coûts de maintenance
	et d'augmenter la productivité de façon uniforme pour tous ceux qui
	jouent le jeu du <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b>, sans profiter (autant) à ceux
	qui ne le jouent pas (car ils doivent tout redévelopper en interne),
	sans modifier par ailleurs la donne concurrentielle
	de façon essentielle.
	Le résultat est donc un pur gain de rentabilité pour l'entreprise,
	et un gain en terme de meilleurs services rendus pour les clients.
	Et si la <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> concurrence tendra à réduire le bénéfice
	de l'opération en-dessous de ce gain,
	elle favorisera aussi ceux qui joueront le jeu du <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b>
 
	par rapport aux autres.
	<p>
	Car enfin la compétitivité d'une entreprise ne dépend
	pas de sa productivité, mais de son avantage de productivité
	par rapport aux concurrentes.
	Le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif achète un avantage de courte durée,
	à un prix exorbitant, dépensé concurremment
	par toutes les entreprises&nbsp;;
	il ne fait donc pas gagner de manière significative compétitivité,
	ni même en productivité.
	Le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> ne fait pas plus (ni moins) gagner en compétitivité
	à court terme, car il profite à la productivité de tous&nbsp;;
	mais il libère des forces autrefois captives par des activités
	liées au <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif,
	qui alors peuvent exprimer leur potentiel de compétitivité
	spécifique au secteur d'activité propre de l'entreprise.
	En fait, le monopole assure que c'est l'éditeur de <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif
	qui captera tous les fruits de l'éventuel avantage compétitif
	que son produit génèrerait, alors que le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> assure que
	ces fruits seront récoltés par celui l'utilisateur, le prix des
	logiciels et des services associés restant au coût marginal.
	<p>
 
	Certes, si une entreprise arrive à imposer comme standard de fait
	un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif sur lequel
	la loi lui garantit indûment un privilège,
	alors elle pourra s'établir en monopole et exclure ses concurrents,
	au détriment de tous sauf d'elle -
	mais c'est en temps qu'éditeur à monopole de <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif
	plutôt qu'en temps qu'entreprise, qu'elle fera alors fortune.
	Cependant, à moins que ce monopole ne grandisse
	jusqu'à être universel, la même entreprise souffrira
	autant sinon plus encore des autres monopoles auxquels
	elle devra se plier qu'elle ne profitera des siens.
	De plus, les employés d'une entreprise rendue prospère par monopole
	étant eux-mêmes lésés par ce monopole qui réduit la valeur marchande
	de leurs compétences par l'exclusivité accordée à cette entreprise
	sur le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> sur lequel ces compétences existent,
	l'ensemble des personnes profitant réellement du monopole
	est extrêmement réduit, bien qu'extrêmement puissant.
	C'est pourquoi tous, sauf un noyau de monopoleurs avides et puissants,
	ont intérêt à ce que la loi
	cesse de favoriser l'apparition de monopoles
	en accordant des privilèges sur les logiciels.
<p>
<a name="mythe9"></a>
<dt>Mythe&nbsp;: <b>«Si mon entreprise a à la fois une activité de
		développement <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> et une activité d'utilisation du dit
		<b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>, n'a-t-elle pas intérêt à garder
		l'exclusivité de ses résultats&nbsp;</b>
 
<dd>
	La réponse n'est jamais que la combinaison des réponses précédentes,
	que permet le principe de modularisation,
<!--
	meuh&nbsp;! j'ai inventé ce mot à cette occasion&nbsp;;
	sous quel nom ce principe est-il connu des économistes&nbsp;?
-->
	selon lequel une entreprise a tout à gagner à
	rendre indépendants des services disjoints,
	et permettre à chacun de se développer selon ses ressources propres.
	<p>
	Il faut donc répondre non,
	car pour chacun des deux services
	(client et fournisseur de développement <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>),
	ce qui est gagné dans un tel contrat d'exclusivité
	est perdu plusieurs fois&nbsp;:
	Le développeur de <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>, par l'exclusivité, perd des clients&nbsp;;
	Le client, par l'exclusivité, perd des développeurs&nbsp;;
	la rentabilité de chacun en pâtit.
	De plus, cela réduit la communication vers l'extérieur de ces services
	qui perdent en capacité d'adaptation.
	<p>
 
	Ce qui est gagné par l'intégration de services,
	c'est un meilleur couplage,
	un feedback permanent entre eux,
	qui leur permet de mieux s'améliorer l'un l'autre et soi-même,
	de raccourcir le cycle de développement,
	pour aboutir pour le client interne
	à des produits parfaitement adaptés à ses besoins,
	et pour le fournisseur interne,
	à des produits plus compétitifs.
	Ce gain est tout autant gagné avec le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b>&nbsp;:
	l'intégration de services y marche tout aussi bien,
	et crée le même avantage par rapport à la concurrence,
	sans priver par ailleurs l'entreprise de la chance
	d'utiliser des logiciels libres.
	<p>
	Si le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> créé par la collaboration n'est pas utilement
	applicable aux cas qui intéressent la concurrence du service client,
	alors publier le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> ne favorise aucunement cette concurrence,
	et ne pose aucun problème à l'entreprise.
	<p>
	Si le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> créé par la collaboration est utilement applicable
	aux cas qui intéressent la concurrence du service client,
	alors publier le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> permet au service fournisseur de se placer
	de manière compétitive sur le créneau, grâce à ses compétences
	de première main sur ce <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>&nbsp;;
	il pourra alors se développer dans une direction nouvelle,
	en dehors de sa stricte collaboration avec le service client&nbsp;;
	les gains en compétitivité de la concurrence du service client
	effectués par ce biais ne nuiront pas à l'entreprise,
	puisqu'elle aura fait payer ses services&nbsp;;
	si quelqu'un d'autre décroche ce marché,
	il aura pu le faire de toute façon, et/ou
	le service fournisseur ne se sera pas montré
	intrinsèquement compétitif&nbsp;;
	si d'un autre côté, les concurrents du client deviennent
	systématiquement plus compétitifs,
	c'est la preuve que la compétitivité intrinsèque du
	service client par rapport au produit total des deux services
	est insuffisante&nbsp;; l'entreprise doit alors restructurer cette
	branche ou s'en défaire.
	Dans ces deux cas, la modularisation aura donc permis de
	détecter et de cerner finement les défauts de compétitivité,
	permettant donc d'y remédier.
 
<p>
<a name="mythe10"></a>
<dt>Mythe&nbsp;: <b>«Si je vends à perte un matériel
	pour pouvoir vendre du service autour,
	n'ai-je pas intérêt à garder exclusif le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>
        associé&nbsp;</b>
<dd>
	Non, car encore une fois,
	une position solide basée sur des compétences sûres
	et une bonne image de marque apportent un avantage compétitif réel,
	tandis qu'une position basée sur un privilège d'exclusivité
	est incertaine.
	<p>
	Si vous en êtes réduit à vendre un support à perte,
	c'est que vous êtes sur un marché émergent et que la concurrence
	n'existe pas (encore). L'exclusivité de droit n'apporte rien,
	car il y a déjà exclusivité de fait. Par contre, elle fait perdre
	tout le potentiel de coopération avec des développeurs externes
	indépendants pour l'amélioration du produit et la compétitivité
	vis à vis des marchés rivaux.
	Si jamais la concurrence s'annonce, c'est que votre marché
	émergeant a émergé et que vous êtes devenu acteur principal&nbsp;;
	vous n'avez plus besoin de vendre le matériel à perte&nbsp;;
	du moins, pas plus que vos concurrents, et pas à prix moindre&nbsp;;
	l'absence d'exclusivité n'est donc pas un désavantage concurrentiel
	par rapport à ces concurrents.
	<p>
 
	Au contraire, la liberté du <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> permet
	à la minorité de techniciens créateurs prêts à en user effectivement
	d'animer une communauté vivante autour de votre matériel,
	qui en fera un produit répandu, et fera de vous le meneur
	d'un marché plus large.
	Même si ces développeurs ne paient pas vos services,
	leur utilisation de votre plateforme matérielle
	sera celle de développeurs gratuits pour votre plateforme&nbsp;;
	la vente à perte de votre matériel à ces gens-là sera donc
	aussi bénéfique techniquement que le don si courant fait
	aux développeurs potentiels, tout en vous offrant pour le matériel
	une compensation égale à ce qu'elle est pour tout nouvel abonné.
	À ce sujet, lire
	<a href="http://slashdot.org/comments.pl?sid=00/03/23/0615211&cid=182"
		>ce commentaire</a>.
<p>
<a name="mythe11"></a>
<dt>Mythe&nbsp;: <b>«Le marché a décidé en faveur du <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif»</b>
 
<dd>
Au contraire, le marché, sur le long terme, a toujours décidé
pour les technologies non pas forcément complètement libres,
mais <em>plus libres</em> que les technologies rivales,
quitte a choisir des technologies résolument inférieures.
C'est ainsi que les PC, technologie absolument inférieure à tout,
ont vaincu, parce qu'ils étaient la seule architecture matérielle
à ne pas être complètement exclusive.
C'est ainsi que TCP/IP est
devenu le standard mondial de communication,
car c'était le seul protocole qui n'était pas exclusif.
Etc.
<p>
Sinon, quant à expliquer le succès relatif et néanmoins suffisamment
spectaculaire des logiciels exclusifs, surtout à court terme,
il faut voir que l'informatique est un domaine technologique très récent,
où le marché manque complètement de maturité&nbsp;;
aussi, aucune des "décisions" à court terme n'y est définitive,
et si les systèmes actuels sont lourds du passif de décisions passées,
il faut bien distinguer les lourdeurs dues à l'héritage de choix immatures
et les tendances se dessinant dans des systèmes matures&nbsp;;
ces dernières tendances semblent être très favorables aux logiciels libres.
<p>
Ensuite, il y a dans tous les phénomènes de choix collectif
	des facteurs psychologiques auto-renforçants&nbsp;:
plus des personnes les utilisent un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> donné,
	plus cela incite d'autres à faire de même.
Mais dans le cas des logiciels libres,
	la visibilité des sources permet une sélection
	sur des critères techniques,
tandis que dans le cas des logiciels exclusifs,
	leur invisibilité rend ces critères d'autant plus faibles
	que les vendeurs se livrent une guerre sans merci,
	qui implique de la part des consommateurs un positionnement
	immobilisant à long-terme par rapport aux barrières d'exclusivité.
On peut donc s'attendre pour les logiciels libres
	à une sélection technique parmi les logiciels
	ayant atteint un certain degré critique de diffusion,
	avec un fort dynamisme,
tandis qu'au contraire,
	les logiciels exclusifs ayant atteint une masse critique
	agiront comme des trous noirs,
	attirant les utilisateurs,
	absorbant les initiatives,
	empêchant l'apparition d'une concurrence,
	et rendant les choix grandement indépendant de tout critère technique.
<p>
Aucune décision prise dans le contexte du <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif
	ne saurait donc être considérée comme techniquement fiable.
Le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> doit faire face
	à une industrie qui déraille techniquement,
	et douée d'une force inertielle peu commune&nbsp;;
cela explique la lenteur (toute relative) avec laquelle il s'impose,
	progressivement, autant que la très forte accélération
	avec laquelle il progresse,
	puisque chaque <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> a l'avantage de dynamiser le marché
	au fur et à mesure qu'il se développe
	plutôt que de le scléroser
	comme il se passe avec les logiciels exclusifs.
 
 
<p>
<a name="mythe12"></a>
<dt>Mythe&nbsp;: <b>«Mais le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> ne va-t-il pas laisser les
        programmeurs sans ressources&nbsp;</b>
<dd>
Dans son
<a href="http://catb.org/~esr/faqs/hacker-howto.html"
	>Hacker FAQ</a>,
Eric S. Raymond donne la réponse suivante (ici traduite en français)&nbsp;:
 
<blockquote>
Cela semble peu probable --
jusqu'ici, l'industrie du <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> semble être créatrice d'emploi
plutôt que destructrice.
Si le fait qu'un programme soit écrit est un gain économique net
sur le fait qu'il ne soit pas écrit,
alors un programmeur sera payé,
que le programme soit ou ne soit pas <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> après qu'il ait été terminé.
Et quelque soit la quantité de <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> "<b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b>" déjà écrite,
il semble qu'il y aura toujours une demande en applications
nouvelles et sur mesure.
<!-- Original:
	"But won't open-source software leave programmers unable to
	make a living?"
 
This seems unlikely - so far, the open-source software industry seems
to be creating jobs rather than taking them away. If having a program written
is a net economic gain over not having it written, a programmer will get paid 
whether or not the program is going to be free after it's done.
And, no matter how much "free" software gets written,
there always seems to be more demand for new and customized applications.
-->
</blockquote>
 
<p>
J'ajouterai aussi cette paraphrase de mon Manifeste de la <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> Information,
que la plupart des arguments macro-économiques
opposés à l'encontre du <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> tiennent
de la confusion entre le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> d'une part,
qui, étant de l'ordre des idées immatérielles,
n'a aucun coût, aucune propension naturelle à être possédé,
et le service informatique, d'autre part, qui lui est matériel,
et représente à la fois un coût et une valeur ajoutée.
Ce service peut être de l'ordre de la confiance,
de la garantie de <b style="color:black;background-color:#ff9999">qualité</b> et de disponibilité,
du support technique et du dépannage,
de la didactique et de l'information continue, ou simplement
de la diffusion avec ou sans emballage ou documentation imprimée.
Du fait de cette confusion, certains craignent
que la liberté du <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> veuille dire
la gratuité du service informatique,
et donc la mort de l'industrie de ce service.
Au contraire, le <b style="color:black;background-color:#a0ffff">Libre</b> <b style="color:black;background-color:#ffff66">Logiciel</b> implique un <b style="color:black;background-color:#a0ffff">libre</b> marché
du service informatique plutôt que la collection de monopoles actuels,
et donc des services au prix le plus juste pour tous,
dont le résultat sera le développement
d'une industrie prospère de ces services.
 
 
<p>
<a name="mythe13"></a>
<dt>Mythe&nbsp;: <b>«Les programmeurs sont déjà libres
		de développer ce qui leur plaît»</b>
<dd>
C'est faux.
L'informatique est un domaine aux ramifications déjà fort développées,
qui s'étendent de jour en jour.
Un programmeur ayant des compétences dans un sous-domaine pointu
n'aura pas celles nécessaire pour faire un travail efficace
dans d'autres sous-domaines.
Il ne peut donc faire valoir ses compétences dans sa spécialité
que sur la base de code général déjà disponible.
La non-liberté du code le soumet donc aux diktats
	des détenteurs de "droits" sur la base existante.
Il est condamné à recommencer depuis zéro
	(ou plutôt, depuis la base librement disponible),
	malgré ses handicaps,
ou de s'affilier à une maison d'édition établie.
<p>
Certes, il pourra, en réunissant des capitaux humains et financiers,
fonder sa propre maison d'édition&nbsp;;
mais alors, ce n'est plus en tant que programmeur,
mais en tant que nouveau monopoleur,
que le système actuel le favorisera.
Le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif opprime donc le programmeur
non moins que l'utilisateur.
Dans tous les autres domaines connus de l'activité humaine,
une "redevance" prélevée par un groupe, non pas pour services rendus,
mais pour accorder au débiteur le "droit" d'employer ses propres compétences
comme bon lui semble, ne porte pas d'autre nom que racket.
 
<p>
<a name="mythe14"></a>
<dt>Mythe&nbsp;: <b>«Les plug-ins permettent déjà le développement par des
        tiers à partir de logiciels exclusifs»</b>
 
<dd>
Un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif peut donc permettre <em>dans une certaine mesure</em>
aux utilisateurs de bénéficier d'extensions logicielles
non effectuées par l'ayant droit du <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> de base,
et aux programmeurs d'exercer leurs compétences.
Mais d'une part, cela n'empêche pas les uns comme les autres
de subir, ce faisant, l'oppression des détenteurs de privilèges logiciels,
qui monnaient fort cher aux uns et aux autres
le "droit" de s'échanger des services.
D'autre part, les plug-ins ne permettent aucune modification
mettant en jeu l'infrastructure du <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>
(par exemple, gestion simultanée de plusieurs langues,
ou plusieurs contextes monétaires,
dans un même <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> de base de données ou de finance)&nbsp;;
le plug-in ne permet que d'ajouter que les miettes
que l'esprit borné et avide des monopoleurs
aura bien daigné concéder (à prix d'or) à d'autres apprentis monopoleurs,
et ce sans garantie de pérennité ni pour les utilisateurs,
ni pour les programmeurs.
 
 
<p>
<a name="mythe15"></a>
<dt>Mythe&nbsp;: <b>«Utilisez des logiciels libres si vous voulez,
	mais n'empêchez pas les autres de rendre leurs logiciels exclusifs»</b>
<dd>
De nombreuses personnes arguent qu'il est contraire à la liberté
de les empêcher de publier des logiciels exclusifs,
et d'empêcher d'autres personnes de les acheter.
Or, il semble que parmi les progrès de l'humanité,
de nombreux ont trait justement à empêcher des injustices flagrantes
d'être commises.
Ainsi, <a href="http://www.herodote.net/histoire04270.htm"
>l'abolition de l'esclavage</a>,
<a href="http://herve.dequengo.free.fr/Molinari/EO/EO.htm"
>l'enseignement obligatoire</a>,
la nécessité pour un automobiliste d'être assuré,
les responsabilités implicites d'un fournisseur de service, etc.,
sont autant de garde-fous qui limitent le champ d'action des citoyens,
pour les empêcher de devenir, fût-ce volontairement, des esclaves,
des brutes incultes, des dangers roulants, ou des escrocs,
les obligeant, dans tous les cas, à faire face à leurs responsabilités,
et à ne pas attenter aux libertés des autres.
<p>
Bref, il est tout à fait naturel que la loi impose des contraintes,
quand celles-ci conduisent à combattre l'injustice,
et en fait à faire reconnaître la liberté et la propriété d'autrui,
que d'autres voulaient usurper.
De plus, notons que ces mêmes partisans de la propriété intellectuelle
réclament eux aussi de la loi des interdictions.
Mais plutôt que de demander l'interdiction d'injustices,
ils demandent des interdictions d'actes naturels,
ils demandent l'injustice même.
Ce sont eux les usurpateurs du droit de chacun
d'utiliser à sa guise ce qui est sien.
<p>
Lire aussi à ce sujet cet article de Bradley Kuhn et Richard Stallman:
<a href="http://www.gnu.org/philosophy/freedom-or-power.html"
	>Freedom or Power?</a>.
 
<p>
<a name="mythe16"></a>
<dt>Mythe&nbsp;: <b>«La propriété intellectuelle incite à la création»</b>
<dd>
Cette affirmation est pour le moins présomptueuse&nbsp;;
comme toutes les justifications des formes de protectionnisme de toute sorte,
elle regarde un tout petit effet positif de la propriété intellectuelle,
<em>qu'on voit</em> en négligeant ses larges effets négatifs,
<em>qu'on ne voit pas</em>.
<p>
Certes certaines informations sont créées et publiées,
avec les encouragements du protectionnisme&nbsp;;
mais ce même protectionnisme empêche la création de produits dérivés.
Cela est particulièrement important, car les logiciels les plus utiles,
les &oelig;uvres d'arts les plus marquantes, sont ceux et celles qui seront
les plus utilement améliorés, détournés, généralisés ou spécialisés.
En rendant cette créativité captive du détenteur pour le moins partial
de l'&oelig;uvre "originale"
(ce qui s'appuie sur le mythe de l'&oelig;uvre originale),
le protectionnisme informationnel châtre la créativité du monde entier.
Ainsi, la même &oelig;uvre, qui eût été utile si publiée librement,
devient inutile&nbsp;; pire même&nbsp;: elle devient nuisible&nbsp;;
car alors toute la créativité induite par l'&oelig;uvre devient prohibée,
tout ce que l'&oelig;uvre peut inspirer à ses usagers,
au lieu de les enrichir, les asservit au détenteur de droit.
L'effet sur les usagers est donc une désincitation à la création.
 
<p>
Le résultat est souvent pire, quand un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>, une technique,
ou une &oelig;uvre d'art "protégée" est jugée non-rentable par ses détenteurs,
et dès lors rangée dans un placard et refusée à l'humanité entière&nbsp;;
ou encore quand les détenteurs font évoluer le <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> dans une voie de garage
par des mauvais choix techniques ou politiques.
Or dans le cas d'un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif,
cela ne peut pas ne pas arriver un jour, après quelques années,
car nul éditeur n'a d'intérêt permanent dans un <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>,
ni n'a d'infaillibilité éternelle dans ses choix d'évolution.
Toute l'énergie dépensée par les programmeurs à développer ce <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b>,
toute l'énergée dépensée par les utilisateurs pour le déployer, sont perdues.
Les auteurs véritables du <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> voient
l'&oelig;uvre de plusieurs années de leur vie détruite,
interdite à tous y compris eux-mêmes;
les utilisateurs fidèles voient leur fidélité trahie.
Voilà le triste destin de tout <b style="color:black;background-color:#ffff66">logiciel</b> exclusif
qui serait techniquement bon&nbsp;:
à terme, être un gâchis, une information retirée à l'humanité,
plutôt qu'une information offerte à l'humanité.
 
<p>
Enfin, tout l'argent qui passe des mains des usagers aux détenteurs de droits
(qui ne sont pas les auteurs, rappelons-le)
du fait du protectionnisme
(c-à-d. sans qu'ils rendent de service équivalent
qu'ils auraient pu facturer autant en absence de protectionnisme)
est de l'argent qui ne sera pas investi par les usagers dans
des activités authentiquement créatrices&nbsp;;
c'est aussi de l'argent qui incite les détenteurs de droits
non pas à créer davantage, mais à pressurer le public&nbsp;;
qui les incite non pas à se rendre utiles à la société,
en créant davantage ou en servant les usagers,
mais à être nuisibles, en interdisant aux autres de créer
et de servir les usagers.
L'effet sur les créateurs est donc une désincitation à la création renouvelée.
<p>
Ainsi, la propriété intellectuelle n'incite ni les créateurs originaux,
ni les usagers de ces créateurs, à créer&nbsp;;
les créations protégées induisent au moins
autant de destruction d'information que de création.
Ne sont incités à créer que ceux qui n'ont rien d'intéressant à dire,
et ne se basent sur aucun travail "protégé" par un autre.
Au lieu de promouvoir la création libre et la large dissémination
d'une culture universellement partagée,
faite de nombreuses contributions à un corpus commun,
tissé de liens multiples et étroits,
progressant en s'appuyant sur l'ensemble des créations antérieures,
la propriété intellectuelle incite à la création contrôlée
et la diffusion limitée de cultures cloisonnées,
faites de recommencements superficiels
à partir du corpus obsolescent d'un domaine public sans cesse repoussé,
ne s'appuyant que sur les &oelig;uvres possédées
en permanence par chaque holding commanditaire donné,
ou sinon sur du vide, ou sur ce qui est trop vague pour être revendiqué
devant des tribunaux.
<p>
Le résultat autant prévisible que mesurable en est une culture
du superficiel, du vide, du vague, de l'esprit de clocher, ou le
prolongement indéfini de motifs artistiques considérés comme "marques",
par des éditeurs ayants droits monopolistiques confiant ces marques à
des exploitants démagogiques remplace l'émergence d'écoles artistiques
avançant et perfectionnant les techniques par l'étude de variations
sur des thèmes vivants et toujours en évolution.
<p>
Voir l'analyse économique dans mon
	<a href="articles/patents.html">article sur les brevets</a>
	(en anglais).
 
<!-- à propos d ... -->
 
<!-- à propos du mécénat... -->
<!--
<dt>Mythe&nbsp;: <b>«.....»</b>
<dd>
	.....
<p>
.....
-->
</dl>
 
<p><hr><p>
<a name="Comment"></a>
<h2>Axes possibles pour une action politique en faveur du Libre Logiciel</h2>
<p>
Le problème de la liberté du logiciel étant éminemment politique,
il requiert des solutions politiques.
Des lois plus ou moins fortes peuvent être votées,
mais, même faible, une loi favorisant le Libre Logiciel
pourrait avoir l'effet d'un signal fort sur la société.
On peut exiger la liberté logicielle, avec les modalités suivantes&nbsp;:
<ul>
<li>au plus, exiger que tous les logiciels soient libres,
	disponibles avec leurs sources etc&nbsp;;
	au moins, exiger que les spécifications suffisantes des logiciels
	(c'est-à-dire une description suffisamment détaillée
	de ce qu'ils sont censés faire) soient libres.
	Pour éviter des abus sur la notion de "suffisante",
	on peut prendre comme critère l'existence effective
	d'au moins un logiciel libre satisfaisant aux spécifications.
<li>au plus, exiger cette liberté pour tous les logiciels distribués,
	quels qu'ils soient&nbsp;;
	au moins, l'exiger pour tous ceux impliqués dans des transactions
	publiques.
	Dans une démocratie, ce minimum est amplement justifié par la
	nécessité de ne pas soumettre le public à de quelconques monopoles
	dans l'exercice de ses droits et devoirs de citoyens.
<li>au plus, exiger cette liberté immédiatement&nbsp;;
	au moins, l'exiger après une date butoir dans le futur,
	pour permettre une transition en douceur.
 
<li>au plus, prendre une décision à l'échelle européenne ou mondiale&nbsp;;
	au moins, la prendre au niveau national.
<li>au plus, étendre la décision à toute forme d'information&nbsp;;
	au moins, donner au mot "logiciel" une définition
	assez précise pour être opposable en justice.
<li>optionnellement, accompagner cette décision d'une loi-cadre
	sur le statut des informaticiens,
	qui deviendraient des prestataires de services de développement,
	et non des détenteurs de droits exclusifs de développement.
<li>optionnellement, accompagner cette décision de l'établissement
	d'institutions à même de gérer les nouveaux flux
	d'information, de responsabilité, et d'argent,
	entre les acteurs d'une industrie logicielle libérée.
<li>optionnellement, bien spécifier qu'aucune charge ne saurait
	peser pour un soi-disant délit de
	"redistribution illégale de logiciel sans accord d'un ayant-droit",
	puisqu'il ne saurait y avoir d'ayant-droit.
<li>optionnellement, forcer les détenteurs actuels de droits logiciels
	à publier leurs sources, et/ou à retirer leurs logiciels du marché.
<li>optionnellement, rejeter toute tentative de censorat technique
	sur le logiciel voire l'information en générale,
	inapplicable de toutes façon
	(brevets, lois anti-cryptographie,
	lois protectionnistes ou bienpensantes, etc.).
</ul>
<p>
Voir notamment ce
<a href="http://www.gnu.org.pe/preyres.html">projet de loi péruvien</a>.
</div>
<p><hr><p>
<a name="Ou"></a>
 
<h2>Autres ressources en-ligne sur le Libre Logiciel</h2>
 
<ul>
	<li>Organisations luttant pour la liberté, en France et à
        l'étranger&nbsp;:
	<ul>
	<li><a href="http://www.aful.org"
		>AFUL</a>&nbsp;:
		l'Association Francophone des
		Utilisateurs de Linux
		et des Logiciels Libres
	<li><a href="http://www.april.org"
		>APRIL</a>&nbsp;:
		l'Association pour
		la Promotion et la Recherche
		en Informatique Libre
	<li><a href="http://www.linux-france.org/wlfo.shtml"
		>Linux-France</a>&nbsp;:
		pour l'utilisation de Linux en France...
	<li>L'association <a href="http://www.bsa.lu/"
		>Bidouilleurs Sans Argent</a>.
	<li>La <a href="http://www.fsf.org"
		>Free Software Foundation</a>,
		le projet
		<a href="http://www.gnu.org/"
		>GNU</a>,
		et leur
		<a href="http://www.gnu.org/philosophy/philosophy.html"
		>philosophie</a>
 
		(<a href="http://www.april.org/Gnu/gnu.html"
			>traductions françaises</a> par l'APRIL)
	<li>La <a href="http://www.ffii.org/">FFII</a>
		(voir aussi ses
		<a href="http://www.ffii.org/linken.html">liens</a>)
	<li>Dans une large mesure, l'<a href="http://www.eff.org/"
                >EFF</a>&nbsp;:
		Electronic Frontier Foundation
		(voir par exemple
		<a href="http://www.eff.org/pub/Publications/John_Perry_Barlow/idea_economy.article">cet article</a>)
	<li>Au <a href="http://www.senat.fr/"
		>sénat français</a>
 
		aussi se trouvent des défenseurs de la liberté,
		comme le montre
		<a href="http://www.senat.fr/grp/rdse/page/forum/index.htm"
			>cette proposition de loi</a>.
	<li>Contre les brevets logiciels,
		la <a href="http://lpf.ai.mit.edu/">LPF</a> et
		<a href="http://www.freepatents.org/"
			>Free Patents</a>.
		Voir ci-bas.
	</ul>
	<li>Actualités et centres d'information sur le libre&nbsp;:
	<ul>
	<li><a href="http://www.math.jussieu.fr/~fermigie/"
		>Stéphane Fermigier</a>&nbsp;:
		<a href="http://www.linux-center.org/"
		>Linux Center</a> et
		<a href="http://www.math.jussieu.fr/~fermigie/linux-news"
		>Linux News</a>.
	<li><a href="http://slashdot.org/">Slashdot</a>,
		et son pendant francophone
		<a href="http://linuxfr.org/">LinuxFr</a>
 
	<li>LUIGUI&nbsp;:
		<a href="http://www.luigui.org/resources/oss.html"
		>OSS resources</a>
	<li>Christopher B. Browne&nbsp;:
	<a href="http://www.hex.net/~cbbrowne/lsffreesoftware.html"
		>Linux and Decentralized Development</a>
	</ul>
	<li>Essais et articles sur la libre information&nbsp;:
	<ul>
	<li><a href="http://www.ccil.org/~esr/"
		>Eric S. Raymond</a>&nbsp;:
		<a href="http://www.opensource.org/"
		>OpenSource Web</a>
 
		(tout particulièrement,
	"<a href="http://catb.org/~esr/writings/cathedral-bazaar/"
		>the Cathedral and the Bazaar</a>"
		et
	"<a href="http://catb.org/~esr/writings/homesteading/"
		>Homesteading the Noosphere</a>"
		auquel j'ai écrit <a href="articles/about_esr.html"
		>une réponse</a>,
	ainsi que
	"<a href="http://catb.org/~esr/writings/magic-cauldron/"
		>The Magic Cauldron</a>"),
		mais aussi une flopée d'articles dans de nombreux journaux,
		dont celui-ci très synthétique, dans
	<a href="http://www.redherring.com/mag/issue63/news-freeware2.html"
		>Red Herring</a>.
	<li><a href="http://pauillac.inria.fr/~lang/"
		>Bernard Lang</a>&nbsp;:
		<a href="http://pauillac.inria.fr/~lang/libre/"
		>ressources sur le Libre Logiciel</a> et
		<a href="http://pauillac.inria.fr/~lang/libre/"
		>articles par lui écrits</a>&nbsp;;
		<a href="http://pauillac.inria.fr/~lang/libre/reperes/"
		>repères</a>.
	<li><a href="http://smets.com/"
		>Jean-Paul Smets</a> publie des analyses économiques
		en faveur du Libre Logiciel.
	<li><a href="http://www.dwheeler.com/oss_fs_why.html"
		>Dave Wheeler</a> publie et met à jour une étude quantitative
		sur l'impact industriel des logiciels libres.
	<li>La page idoine de
		<a href="http://www.linux-france.org/article/these/"
		>Linux-France</a>
 
	<li><a href="http://fare.tunes.org/"
		>François-René Rideau</a> (l'auteur de cette page)&nbsp;:
	<ul>
	<li>
	La page de <a href="http://fare.tunes.org/">François-René Rideau</a>
		sur le
                <a href="http://fare.tunes.org/libre-logiciel.html"
		>Libre Logiciel</a> (que vous lisez actuellement).
	<li>
 
	Mon <a href="http://fare.tunes.org/Manifeste.fr.html"
		>Manifeste de la Libre Information</a>,
		qui étend de par les mêmes principes
		la revendication de liberté
		à tout type d'information,
		plutôt que d'imposer une limite arbitraire
		à la notion de "logiciel".
	<li>
	<a href="http://fare.tunes.org/articles/"
		>Divers articles</a> que j'ai écrit,
		parmi lesquels certains traitent du libre logiciel&nbsp;:
		"<a href="articles/about_esr.html"
		>About Eric S. Raymond's Articles</a>",
		"<a href="articles/ll99/index.fr.html"
		>métaprogrammation et libre disponibilité des sources</a>",
		"<a href="articles/virus.html"
		>les virus informatiques
		comme sous-produit des logiciels exclusifs</a>",
		"<a href="articles/cata_fs.html"
		>the Catallactics of Free Software</a>"&nbsp;;
		voir aussi
		"<a href="articles/patents.html"
		>Patents are an Economic Absurdity</a>".
	<li>
 
	Une
	<a href="http://play.rbn.com/?demlib/demlib/demand/euro92/euro944.rm"
		>vidéo</a> d'une
	<a href="http://www.euro92.org/edi/confvideo/index.html"
		>conférence</a>
	que François-René Rideau a donnée à
	l'<a href="http://www.euro92.org/"
		>Institut Euro92</a>
	</ul>
	<li>Aux éditions O'Reilly&nbsp;:
		<a href="http://www.oreilly.com/catalog/opensources/"
		>Open Sources</a> et son adaptation française,
	<a href="http://www.editions-oreilly.fr/opensrc/opensources-annonce.html"
		>Tribune Libre</a>
 
	<li><a href="mailto:bob@redhat.com"
		>Bob Young</a>&nbsp;:
	<a href="http://www.press.umich.edu/jep/04-03/young.html"
		>How Red Hat Software Stumbled Across a New Economic Model
		and Helped Improve an Industry</a>
		(also from O'Reilly's
		<a href="http://www.oreilly.com/catalog/opensources/book/young.html"
		>OpenSources</a>)
	<li>Rob Bos&nbsp;:
	"<a href="http://www.32bitsonline.com/article.php3?file=issues/199902/abclinux11&page=1"
		>Proprietary Software</a>"
	<li>Parmi les écrits de
	<a href="http://flag.blackened.net/daver/anarchism/tucker/tucker.html"
		>Benjamin Tucker</a>, l'un traite parfaitement
		de la "propriété intellectuelle"&nbsp;:
	<a href="http://flag.blackened.net/daver/anarchism/tucker/tucker43.html"
		>Anarchism and Copyright</a>, 1888.
	<li>Roderick T. Long&nbsp;:
	<a href="http://libertariannation.org/a/f31l1.html"
	  >"The Libertarian Case Against Intellectual Property Rights"</a>
 
	<li>Eben Moglen&nbsp;:
	<a href="http://old.law.columbia.edu/my_pubs/anarchism.html"
		>"Anarchism Triumphant:
			Free Software and the Death of Copyright."</a>
			[<a href="http://www.cafeine.org/anarchism/html/"
			>traduction française</a>]
	<li><a href="http://www.nytimes.com/library/tech/99/05/biztech/articles/09internet-music.html"
		>Internet Music</a>
	(comme d'habitude, vous pouvez utiliser pour identification
	le login/password cypherpunks/cypherpunks).
	<li><a href="http://www.red-bean.com/~craig/"
                >Craig Brozefsky</a>&nbsp;:
		<a href="http://sanpietro.red-bean.com/~craig/writings.html"
		>Mythology of the Author</a>
 
	<li>Charles C. Mann&nbsp;:
	<a href="http://www.theatlantic.com/issues/98sep/copy.htm"
		>Who Will Own Your Next Good Idea?</a>
		(The Atlantic Monthly, 1998.09;
		also see their forum on
	<a href="http://www.theatlantic.com/unbound/forum/copyright/intro.htm"
		>"Life, Liberty, and the Pursuit of Copyright?"</a>)
	<li>Harmut Pilch&nbsp;:
	<a href="http://www.lrz-muenchen.de/~phm/gnupoliten.html"
		>GNU, M$ and the Paradox of Information Market Economics</a>
	<li>Jesse Walker&nbsp;:
	<a href="http://www.reasonmag.com/0003/fe.jw.copy.html"
		>Copy Catfight,
	        How intellectual property laws stifle popular culture</a>
 
		(REASON Mag, March 2000)
	<li><a href="http://www.prospect.org/controversy/open_source/"
		>Prospect.org controversy: Open Source</a>,
		with ESR, Larry Lessig, and more.
	<li>Lawrence Lessig:
	<a href="http://www.redherring.com/insider/2003/01/copycats011003.html"
		>Copy cats and robotic dogs,
		What lawyers can learn from comic books</a>
		(January 10, 2003)
	<li><a href="http://odur.let.rug.nl/~usa/P/tj3/writings/brf/jefl220.htm"
		>Thomas Jefferson: No Patents on Ideas</a>.
	<li><a href="http://www.lemennicier.com/"
		>Bertrand Lemennicier</a>,
		professeur d'économie à l'Université Paris II&nbsp;:
	<a href="http://www.lemennicier.com/dossiers/le_brevet_d.htm"
		>Les brevets d'invention et les droits d'auteur
		sont-ils des privilèges ou des droits
		de la propriété intellectuelle ?</a>
	<li><a href="http://www.toad.com/gnu/">John Gilmore</a>&nbsp;:
	<a href="http://www.toad.com/gnu/whatswrong.html"
		>What's wrong with copy protection?</a>
 
	(<a href="http://aful.org/publi/articles/gilmore-copy-protection.html"
		>traduction française</a>).
	<li>Pamela Samuelson&nbsp;:
	<a href="http://www.sims.berkeley.edu/~pam/papers/Samuelson_IP_dig_eco_htm.htm"
		>Intellectual Property and the Digital Economy:
		Why the Anti-Circumvention Regulations Need to Be Revised</a>
	<li>George Dafermos&nbsp;:
	<a href="http://firstmonday.org/issues/issue6_11/dafermos/index.html"
		>Management and Virtual Decentralized Networks: The Linux Project</a>
	</ul>
	<li>Sites montrant que la notion de libre information
		ne s'applique pas qu'au logiciel stricto sensu&nbsp;:
	<ul>
 
	<li>L'indispensable <a href="http://promo.net/pg/"
		>projet Gutenberg</a>
		pour un libre accès à la littérature
		(à ce sujet voir aussi
		<a href="books/index.html"
		>ma petite contribution</a> à la libre littérature)
	<li>La <a href="http://www.ram.org/ramblings/philosophy/fmp/freemusic.html"
		>Libre Musique</a> applique sensiblement
		les mêmes idées que le Libre Logiciel à la Musique,
		comme autre cas particulier de Libre Information.
		Voir aussi
		<A HREF="http://www.fairtunes.com/">FairTunes</A>,
		<A HREF="http://opennap.sourceforge.net/">OpenNAP</A>,
		<A HREF="http://www.mutopiaproject.org/">Mutopia</A>.
	<li>Les plans de matériels microélectroniques étant eux-mêmes
		des logiciels (quoique peu malléables),
		le mouvement pour le libre logiciel se prolonge naturellement
		dans la libre conception de matériels&nbsp;:
		<a href="http://circu.its.tudelft.nl/"
			>Open Design Circuits</a>&nbsp;;
		<a href="http://collector.hscs.wmin.ac.uk/"
			>The Open Collector Database</a>&nbsp;;
		<a href="http://www.f-cpu.org/"
			>F-CPU</a>&nbsp;;
		<a href="http://www.OpenH.org/">OpenH</a>&nbsp;;
		<a href="http://www.OpenCores.org/">open cores</a>&nbsp;;
		<a href="http://www.Free-IP.com/">Free-IP</a>&nbsp;;
		<a href="http://www.fpgacpu.org/">FPGA CPU</a>.
	<li>Dans <a href="http://www.zdnet.com/zdnn/stories/news/0,4586,2204157,00.html"
		>The beauty of a world without privacy</a>,
		David Brin applique les principes de la Libre Information
		à la surveillance des lieux publics.
	<li>DMOZ&nbsp;:
	<a href="http://dmoz.org/Society/Issues/Intellectual_Property/"
		>IP</a>
 
	<li>La licence <a href="http://www.opencontent.org/"
		>OpenContent</a>, pour l'information libre en général
	</ul>
	<li>Licenses Libres&nbsp;:
	<ul>
	<li><a href="http://www.gnu.org/philosophy/license-list.html"
		>L'avis de la FSF</a>
	<li>John Carter&nbsp;:
	la <a href="http://www.geocities.com/SoHo/Cafe/5947/bugroff.html"
		>bugroff license</a>, irréaliste, et pourtant si tentante.
	<li><a href="http://www.irisa.fr/prive/dmentre/Libre/pointeurs-licences.html"
		>pointeurs de David Mentré</a>
 
	<li>Mark Koek&nbsp;:
	<a href="http://www.wi.leidenuniv.nl/~mkoek/fsl/proj.html"
		>Free Software Licensing</a>
	</ul>
<a name="patents"></a>
	<li>À propos de Brevets&nbsp;:
	<ul>
	<li>L'article de François-René Rideau "<a href="articles/patents.html"
		>Patents Are An Economic Absurdity</a>",
		et sa
		<a href="articles/patents.html#pointers"
		>bibliographie</a>.
	<li>La <a href="http://lpf.ai.mit.edu/">LPF</a> mène la lutte contre
		les
		<a href="http://lpf.ai.mit.edu/Patents/">brevets logiciels</a>
 
		(et possède une jolie collection de
		<a href="http://lpf.ai.mit.edu/Patents/quotes.html"
			>citations</a>)
	<li><a href="http://www.freepatents.org/"
			>Free Patents</a>,
		et le <a href="http://www.freepatents.org/liberty/"
			>livre libre</a> de
		<a href="http://www.smets.com/"
			>Jean-Paul Smets</a>
	<li>L'article <a href="http://bastiat.org/fr/concurrence.html"
		>Concurrence</a>
		des Harmonies Économiques de
		<a href="http://bastiat.org/">Frédéric Bastiat</a>,
		montre bien en quoi les brevets
		ne sont que du protectionnisme
		et comment loin d'encourager l'innovation,
		ils ne font que l'étouffer.
	<li>Les <a href="http://petition.eurolinux.org/reference/"
		>références</a>
 
		du site d'<a href="http://petition.eurolinux.org/"
		>EuroLinux</a> contre les brevets sur les logiciels.
	<li>En anglais,
		<a href="http://www.bitlaw.com/software-patent/history.html"
		>une histoire des brevets logiciels</a>,
		et ces articles de
		<a href="http://people.qualcomm.com/karn/patents/patent-comments.html"
		>Phil Karn ("Comments on software patents")</a> et
		<a href="http://www.nytimes.com/library/magazine/home/20000312mag-patents.html"
		>James Gleick ("Patently Absurd")</a>.
	<li>L'infâme <a href="http://www.uspto.gov/"
		>US Patent and Trademark Office</a>,
		et la
		<a href="http://www.delphion.com/"
		>Delphion IP network (ex-IBM)</a>.
	</ul>
 
	<li>Trouver un emploi sur le libre (liste non exhaustive)&nbsp;:
	<a href="http://fr.joinux.com">joinux</a> |
	<a href="http://www.gnu.org/jobs/jobs.html">free software jobs</a> |
	<a href="http://liberte.aful.org/emploi/">AFUL</a> |
	<a href="http://slashdot.org/jobs.sthml">Slashdot</a>
	(<a href="http://slashdot.org/article.pl?sid=00/03/18/015206&mode=nested"
		>advice</a>) |
	<a href="http://www.cosource.com/">CoSource</a> |
	<a href="http://www.sourcexchange.com/">sourceXchange</a> |
	<a href="http://www.lolix.org/">Lolix</a> |
	<a href="http://jobs.linux.com/">Linux.com</a> |
	<a href="http://jobs.linuxtoday.com/">LinuxToday</a> |
	<a href="http://www.geekfinder.com/">GeekFinder</a> |
	<a href="http://linux.superexpert.com/jobs/default.asp"
		>SuperExpert</a> |
	<a href="http://www.justlinux.com/bin/login?location=/bin/job.pl"
		>JustLinux</a>
 
	<li>Pour des contrats de travail permettant
		le libre développement de logiciel par les employés&nbsp;:
		<A HREF="http://www.foo.be/librecontrat/">libre contrat</A>.
	<li>Fora de discussions sur le libre&nbsp;:
	<ul>
	<li><a href="news:fr.comp.applications.libres"
		>fr.comp.applications.libres</a>,
		forum de discussion francophone modéré et
		archivé sur Usenet&nbsp;;
	<li><a href="news:gnu.misc.discuss"
		>gnu.misc.discuss</a>,
		forum de discussion non-modéré et très bruité sur Usenet&nbsp;;
<!-- XXX
	<li><a href="http://www.etu.info.unicaen.fr/~gduval/"
		>Gaël Duval</a>&nbsp;:
		<a href="http://www.etu.info.unicaen.fr/~gduval/libre/"
		>liste de diffusion sur les solutions informatiques libres</a>
		(archivée au <A
		HREF="http://listes.cru.fr/arc/libre@quatramaran.ens.fr/"
		>CRU</a>)
-->
	<li><a href="http://lists.tunes.org/cgi-bin/wilma/cybernethique"
			>cybernéthique</a> (francophone)
		et
		<a href="http://lists.tunes.org/cgi-bin/wilma/cybernethics"
		>cybernethics</a> (anglophone),
		archivée sur le serveur du projet
		<a href="http://tunes.org/">TUNES</a>,
		pour des discussions plus théoriques
		sur les fondements du libre.
	<li>L'AFUL et l'APRIL (voir ci-haut)
		ont aussi des listes de diffusion.
	</ul>
 
</ul>
<!--
	<li><a href=""></a></li>
 
À FAIRE :
Faire des phrases plus simples, pour être accessible à un plus large public.
Donner des titres et sous-titres qui résument les idées clés.
-->
<p><hr><p>
<address><a href="./"
>Faré -- François-René Rideau -- Ð&#7863;ng-V&#361; Bân</a></address>
<!--
merci à
* ... (retrouver leur nom) pour leurs remarques
* Thomas Nemeth <tnemeth&#64;free.fr> pour ses améliorations typographiques
-->
</body>
</html>
ressources/logiciel_libre/libre_logiciel.txt · Last modified: 2013/06/16 22:51 (external edit)
 
 
Creative Commons License Powered by PHP Valid XHTML 1.0 April